Amicale du Petit Train du Parc Thermal de St Gervais - Le Fayet

Une deuxième carrière en électrique pour le EDf 201

C'est un voeux qui existe depuis longtemps dans les esprits des membre de l'association : Rouler avec des engins à traction électrique. Après plusieurs coups d'essais sur diverses techniques économiques, c'est le doyen des engins APTPT , le fourgon automoteur EDf 201 PLM, qui ouvre la voie d'une transmission électrique simple et bon marché.

 

Comme pour tout le monde, les frais de carburant pour faire fonctionner les engins du circuit commencent à peser lourd dans les caisses de l'association. De plus, le bruit, même s'il s'apparente à celui d'une petite tondeuse, restait un petit bémol sonore dans l'écrin de verdure du parc des thermes.

 

Le bon vieux D 31 avait déjà servi de banc d'essai après sa reconstruction et une seconde motorisation thermique en devenant D33. Laurent Suchaire notre constructeur "maison" avait étudié une sorte d'engin bi-mode type thermique-électrique avec un générateur électrique à essence embarqué qui fournissait du courant triphasé à un moteur électrique. La transmission étant assurée par un embrayage géré par une commande électrique à impulsion. Il a fallut construire spécialement une reproduction de remorque pilote type Montenvers sur mesure pour acceuilir le gros groupe électrogène de 6,5 Kw.  

Le D33 à coté de la Z 204 thermique. Le moteur 380 v tri et l'embrayage. La commande électrique de l'embrayage et le wagon de commande et générateur.

Le but était également de disposer d'un engin pouvant fournir de l'électricité à n'importe quel endroit du circuit, en particulier pour les travaux puisque pouvant fournir plusieurs sorties 220 v en plus du triphasé 380 v.

 

Puis sur un coup de tête Laurent s'est lancé à construire en un temps record un petit tramway type réseau provinciaux.

L'occasion d'essayer une mode de traction électrique plus simple en terme de mise en oeuvre avec une alimentation fournie par des batteries et une commande de vitesse assurée par variation de l'alimentation du moteur 36 v grâce à des résistances.

Une réussite pour un engin original même s'il n'a pas été étudié pour tracter des rames avec une douzaine de passagers. Il reste simple a conduire et son silence ne gâche rien.


Une petite draisine type CFF a également servi de banc d'essai, là encore en remplacement d'une traction thermique.

 

 

Il restait donc a réaliser une locomotive plus adaptée à la traction de véhicules pour de fortes charges et c'est alors que les regards se sont tournés vers le vieux fourgon EDf 201 (Z 201) caché dans un recoin du hangar depuis sa mise à l'arrêt suite à fatigue importante de sa mécanique.

C'est le premier engin de traction
thermique de l'association arrivé avec la vapeur Nine. Largement éprouvé structurellement (on le conduisait à califourchon au début), il méritait donc logiquement d'être remis au goût du jour d'autant qu'il représente un chemin de fer intimement lié à l'activité ferroviaire de St Gervais.

Un candidat idéal pour une adaptation électrique.

 

 

 

Après suppression de sa motorisation et de l'arbre de transmission, il a fallut faire une légère modification de l'entrainement et montage d'une roue dentée de transmission à effet variable pour remplacer la souplesse de l'embrayage hydraulique.

 

 

 

 

 

 

La Nine ayant été mise à la retraite par la force des choses, son wagon tender de conduite a été associé au EDf 201.

Laurent y a intégré les batteries et les commandes électriques. Comme pour le tramway, un manipulateur rotatif assure le réglage de vitesse par variation d'intensité fournie au moteur 24 v depuis deux batteries 12 v. Une vieille poignée de porte et deux glissières à tiroir, le tour est joué pour les contacteurs.

Pour faire varier cette intensité, deux résistances réglables sont utilisées. Depuis une position neutre, une première touche intermédiaire laisse passer entre 8 et 10 volts pour décoller le train en douceur puis une position plein champ ouvre sur le 12 v. Juste assez pour sortir de gare mais pas de quoi avaler la rampe de 3% à pleine vitesse. Une troisième touche intermédiaire associe donc la seconde batterie avec une tension de 20 volts et la dernière position plein champ ouvre sur le 24 volts pleine puissance.

Une troisième résistance assure le freinage électrique par deux touches au manipulateur.

Un inverseur de sens de marche complète les commandes de l'engin.

 

Des premiers essais sans véhicules ont eu lieu au mois de mai. Pour ceux qui se rapèlent du bruit de ce bon vieux train en bois et de ses portes qu'ils fallait ouvrir en plein été pour ventiler le moteur, le voir passer dans un quasi silence est assez étonnant. Il prend ainsi un aspect plus près de la réalité du modèle original, un fourgon automoteur électrique.


Le 8 juin le EDf 201 a assuré une journée d'exploitation test en duo avec le tramway 36 v. Une journée tout électrique à l'image de la volonté eco-responsable de l'APTPT.



Comme lors d'une marche d'endurance précédente, plusieurs dizaines de tours et à peine 1 v de perdu aux batteries. Avec 21 Ampères/heure, l'engin a une autonomie au-delà des espérances et une après-midi d'exploitation, voir deux, sans rechargement est tout à fait envisageable.

Une amélioration de la commande de traction est envisagée avec un régulateur électronique du type IGBT.

Le wagon de conduite a été rafraichi et l'ensemble offre à présent nouveau véritable "train électrique"qui va s'offrir pour sa renaissance une virée sur le mythique réseau du Swiss Vapeur Parc lors du Festival Vapeur International ... nous y reviendrons.

 

Un lien sympa vers des vidéos de l'engin en action:

 

//www.dailymotion.com/video/x1116d4_le-petit-train-du-parc-thermal-au-festival-vapeur-2013-du-swiss-vapeur-parc_webcam



09/06/2013
3 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 28 autres membres